Comment vivre avec la menace terroriste?

Dernière mise à jour 03 Juil 2016

Bonjour avec les événements qui se font avec temps d’intervalle de plus en plus court dans le territoire français, Roubaix en 1996, Charlie Hebdo en janvier 2015 et de Paris en novembre 2015, comment pouvons-nous essayer de vivre tout en ayant une appréhension?

Voici quelques consignes de Fred Perrin, un ancien des forces spéciales, spécialiste du domaine, qui vous donne des petites astuces pour agrandir un tant soit peu vos chances de survie lors d’une attaque. (Vu sur la page facebook de notre partenaire de l’ADAC, l’ADPH59)

Cela peut nous servir, lors d’un championnat, d’une coupe, d’un gala, d’une sortie scolaire ou autres activités de la vie de tout les jours, que l’on soit enfants ou adultes, …


Comment vivre avec la menace terroriste?

  1. Normalement, mais en état plus vigilant et prévoyant. Ne vous gâchez pas la vie, c’est précisément l’objectif des terroristes.
  2. Au quotidien, utilisez la technique de « la projection mentale ». Cela consiste à se dire, tiens, je suis ici, si il se passe cela je peux faire ça…en clair : toujours avoir un plan B !
  3. Lorsque vous pénétrez dans un bâtiment, consultez rapidement le plan d’évacuation qui est obligatoirement affiché. En cas d’incident, vous aurez un temps d’avance.
  4. Au resto, bar, ou autre endroit publique, prévoir une sortie d’urgence (porte de secours, fenêtre, balcon, escalier de secours…)
  5. Personnellement, j’aime me placer de sorte à voir qui entre dans « un local », et en n’ayant personne dans mon dos.
  6. Connaitre les numéros de téléphone de la police, de la gendarmerie, du SAMU, des sapeurs pompiers. Vous pouvez les télécharger au format PDF ->ici<-
  7. Prenez des cours de premiers secours. (avec option pour les blessures par balles/éclats et les blasts !!!). Sur internet de nombreuses sources sont disponibles.
  8. Équipez votre domicile et votre véhicule avec une trousse de première urgence. Soyez particulièrement équipés pour arrêter les hémorragies (causes principales de mort au combat, donc en cas d’attaque terroriste). Ayez des pansements compressifs, pansement hémostatiques, des garrots.
  9. A défaut de matériel adéquat, on peut toujours improviser pour arrêter une hémorragie,
    Exemple :
    Retirer son tee shirt et le déchirer en 2.
    1 partie sert de compresse à appliquer directement sur la plaie et l’autre partie sert de « bande » pour maintenir le pansement.
    On peut également combattre une hémorragie sur un membre avec un garrot de fortune réalisé avec une ceinture par exemple.
  10. Ne pas oublier que dans le cas d’une blessure par balle, il peut y avoir 2 trous pour 1 projectile (entrée et sortie). Si vous ne vérifiez pas, l’hémorragie continue…
  11. Dans le répertoire de votre téléphone (si il n’y a pas de code d’accès), ou à porter sur une carte papier sur vous : Les numéros de personnes à contacter au cas où il vous arrive quelque chose. Le code international malheureusement peu connu en France est : ICE + numéro (In Case of Emergency / En Cas d’Urgence). Les services de secours pourrons ainsi rapidement contactez vos proches…et le cas échéant vous identifier. Autre variante, indiquer en clair «maman Janine Machin» (pas les prénoms seuls!) + le numéro de tel

Comment assister les forces de sécurité ?

  1. Signaler tout contenu suspect sur internet (profil de personne, site de propagande, trafic d’armes, personne menaçante…). Pour cela, voici le lien : https://www.internet-signalement.gouv.fr
  2. Attention à ne pas faire de signalements farfelus…les forces de sécurité ont déjà beaucoup de travail !
  3. Signaler toute personne se déplaçant dans un lieu public avec une arme (sauf forces de sécurité).
  4. Signaler tout « colis, paquet, valise, » suspect pouvant contenir une bombe, après avoir demandé si cela appartient à quelqu’un se trouvant sur les lieux.
  5. En cas de contrôle, rester courtois et suivre les instructions des forces de sécurité. Laissez vos mains bien en évidence (pas dans les poches ou derrière le dos par exemple).

Que faire en cas d’explosion ?

  1. Se jeter au sol pour s’allonger et se protéger la tête dans ses mains
  2. S’il n’y a pas d’autre explosion et pas de tir d’armes à feu, contactez les forces de sécurité et déclenchez l’alarme incendie si elle n’est pas déjà activée
  3. Portez les 1er secours aux blessés
  4. Attendre l’arrivée des secours
  5. Donnez votre témoignage aux forces de sécurité

Que faire en cas de fusillade ?

  1. Si vous êtes à votre domicile :
    • Ne sortez pas.
    • Évitez de regarder par la fenêtre pour voir ce qu’il se passe.
    • Fermez la porte à clé.
    • Ne restez pas derrière la porte. Les balles traversent les portes et en cas d’explosion celle ci peut être « projetée ».
    • Allongez-vous en évitant de rester contre les murs « de façade » et près des fenêtres. Les munitions de fusil type Kalachnikov perforent les murs des constructions modernes en agglo en béton ou en briques ainsi que tous les types de fenêtres non-blindés. Les murs des constructions anciennes, plus épais, résistent mieux. Choisissez un emplacement situé vers le milieu de votre habitation.
    • Une fois en sécurité contactez les forces de sécurité. Expliquez clairement la situation et en décrivant uniquement ce que vous avez vu ou entendu, l’adresse et le moment de l’incident)
  2. Si vous êtes dans la rue :
    • A pied :
      1. Courez rapidement pour vous éloigner de la zone des tirs. Baissez vous pour diminuer votre silhouette (plus difficile à viser et moins de risque de prendre une balle perdue)
      2. Ne pas fuir en restant dans l’axe des tirs. En clair, ne pas courir en restant dans la même rue que la fusillade (les balles seront toujours plus rapides que vous), prendre la première rue perpendiculaire pour être « à couvert ».
      3. Si les tirs sont dirigés dans votre direction (vous entendrez des « sifflements » (les balles qui passent à coté de vous) et des claquements secs (les impacts des balles qui s’écrasent sur les matériaux), allongez vous, dissimulez vous en attendant que les tirs cessent ou ne soit plus dirigés vers vous. Dés que c’est possible, fuir.
    • En véhicule :
      1. Éloignez vous rapidement de la zone des tirs tous en évitant de créer des accidents (percussions d’autres véhicules ou de passants) si la circulation le permet.
      2. Si la circulation est bloquée, sortez de votre véhicule rapidement pour fuir la zone à pied.
      3. Si vous devez vous abriter derrière des automobiles, veillez à vous positionner de telle sorte que le moteur soit entre vous et les tireurs. C’est la seule partie du véhicule qui ne peut pas être perforée par un projectile du calibre type Kalachnikov (7,62X39). La carrosserie et les portières n’offrent aucune protection.
      4. Une fois en sécurité contactez les forces de sécurité. Expliquez clairement la situation et décrivant uniquement ce que vous avez vu ou entendu, l’adresse et le moment de l’incident).
  3. Si vous êtes dans un bâtiment public :
    • Essayez de quitter les lieux sans se rapprocher des terroristes (danger de tirs et explosions)
    • Si la sortie du bâtiment est impossible, essayez de vous cacher. Les terroristes procèdent très rarement à des fouilles organisées des lieux, ils tirent sur ce qui est directement à leur vue. Une cachette simple peut vous sauver la vie.
    • Si vous ne pouvez pas fuir et qu’il y a déjà des victimes et que les terroristes s’approchent, faites le mort allongé au sol, ne bougez pas avant que ceux-ci se soient éloignés.
  4. Comment identifier un terroriste ?
    • Il n’y a pas de règle établie, mais on peut déceler des indices comportementaux:
      1. Yeux hagards, l’individu cherchera d’ailleurs à éviter de capter le regard de ses futures victimes,
      2. État de transe apparent,
      3. grande concentration (le type n’entend pas ou ne répond pas quand on lui parle)
      4. niveau de stress élevé sans raison identifiable,
      5. forte transpiration sans raison identifiable,
      6. réactions d’évitement face à l’autorité (si les forces de l’ordre ne sont pas sa cible, le terroriste s’en tient éloigné le plus possible),
      7. en prière, l’individu pourrait passer pour quelqu’un qui se parle tout seul.
      8. comportement d’une personne qui se sait condamnée (abandonnant ses objets de valeur, ne prenant pas la peine de reprendre la monnaie de son ticket, « oubliant » des objets,
      9. poing fermement crispé sur (ce que vous pensez être) le déclencheur d’une bombe.
      10. Si la cible est en vue, le kamikaze ira droit au but, en poussant éventuellement les gens sur son chemin. Fuyez.
    • Indices visuels :
      1. Des vêtements amples et couvrants pour cacher les explosifs, parfois inadaptés à la température ambiante (par temps chaud, en plein été par exemple).
      2. Une silhouette étrange : L’individu n’est pas gros, mais difforme : son tour de taille est très large car il porte une ceinture explosive, mais ses bras, ses jambes et son cou restent fins. De même, la moitié supérieure de son corps manque de mobilité à cause de la charge accrochée.
      3. Un gros sac serré contre le corps (ou porté sur le dos), et manipulé avec le plus grand soin (si la bombe est dans un sac).
      4.  N’oubliez pas que le terroriste n’a pas de look particulier, barbe ou pas barbe, pas de couleur de peau particulière…et ni de genre particulier (masculin, féminin)

Une autre option est à envisager UNIQUEMENT en cas d’extrême situation lorsque vous êtes au contact direct d’un terroriste qui tente de vous tuer (ou autrui) : Combattre, à mains nue ou avec des objets divers, outils…si vous le neutralisez c’est bien. Si vous échouez, il allait vous tuer de toute façon, mais votre réaction peut permettre à d’autres personnes de fuir ou de réagir.

Si vous avez réussi à lire tout mon bla bla, il ne vous reste plus qu’à partager pour aider ceux qui sont un peu perdus…

Fred Perrin


Donc n’hésitez pas à partager l’information venant d’un spécialiste.